Février

1er février
Un samedi à Paksé

On s'organise pour aller au Vietnam. Avant on va compter les 4000 îles sur le Mékong pendant quelques jours. L'agence Miss Noy, le gérant Suisse parle français et c'est plus facile pour comprendre toutes les hypothèses.
La ville est calme, c'est le WE et il y a au moins 50% de décibels en moins. Un pdj dans un bar sympathique (omelette et café lao pour l'un, cake et thé lao pour l'autre, agréable. Balade au long du fleuve plein de sable et en ville aux constructions à l'empreinte française, histoire oblige.
Puis le marché Dao Houang dont on nous dit qu'il est le plus grand du Laos. Effectivement il est immense. On mange dans le "coin" des restaurants, calme et frais.
Dans l'après-midi, la grande chaleur nous ramène à l'hôtel climatisé.
Voir le sable du Mékong
Voir les restaurants du marché
Voir les lampions chinois


Une certaine empreinte française.

Presence france


2 février
Les 4000 îles du Mékong. 

Monter au petit matin dans un bus VIP ( confort très moyen) pour 120 bons kms, puis une pirogue pour terminer le voyage, traîner son bagage du bus à la pirogue puis sur les talus du fleuve jusqu'à l'hôtel tout en maudissant celui qui a décidé de prendre des kilos de bouquins ( justement en vue des moments "hamac" sur cette île de Don Khone, 1/4000 de ce territoire, et vous êtes sur un petit coin de verdure avec vue sur le fleuve, de paradis disent les blogs des routards de 20 ans si présents ici car beaucoup d'activités nautiques prévues pour eux.
Beaucoup de français ici, comme nous, pourquoi ? Un pèlerinage de l'ancienne indochine encore bien présente au coin de la rue ?
Pour nous ce sera balade à Tuktuk, à pied ou vélo, et repos près des chûtes qui on fait chûter les rêves des colons français de navigation sur le Mékong, ce fleuve des neufs dragons.

Nous sommes là, île de Don Khone : 

Capture iles


3 février
Tour découverte de l'ïle en tuktuk sidecar.

Un peu chaotique car la piste est trouée, puis par l'ancienne voie de chemin de fer devenue voie verte locale, trouée aussi.
- Le temple de  Khon Taî, dans son jus, calme belle lumière
- Belles chûtes d'eau de Li Phi (Le piège aux mauvais esprit), le manque d'eau dû à la saison sèche leur enlève du spectaculaire, impressionnant tout de même. On y accède sous de belles arcades de hauts bambous un peu séchés.
- Un morceau de notre histoire de France au sud de l'île, Bang Han Khone, départ du "Chemin de fer des canonnières" qui a permis à partir de 1893 la remonté du Mékong jusqu'à Luang Prabang par les bateaux à vapeur. 6 km de voie ferrée aujourd'hui disparue pour transporter les bateaux le long des chûtes d'eau infranchissables ! Environ 500 coolis ont trouvé la mort dans cette construction, leurs tombes sont disséminées dans l'île. Illustration sur place par les deux locomotives, la japonaise (guerre oblige) et la française, avec explications détaillées en Lao et en Anglais.
- Pour le reste, peu d'intérêt sinon les activités sportives habituelles, acrobranches, kayak, tyrolienne...
En savoir plus sur le chemin de fer des bateaux à vapeur.
Voir les photos du débarcadaire
Un temple dans son jus, tombes, statues et fresques.
Les photos de la bambouseraie et des chûtes.


Le monstre de la locomotive

Monstre locomotive grand 2


4 février
Balade champêtre sur l'île de Don Det.

Quelques kms matinaux pour faire le tour de cette petite île toute de rizières ensoleillées à l'intérieur et d'hébergements ombragés pour touristes de passage sur les berges du fleuve. Un joli site, agréable, coloré, pas trop sale. Dommage que les rizières soient sèches, on ne comprend pas bien pourquoi elles ne sont pas irriguées, l'eau est tout près.
Il fait chaud ici et tout se calme vers 13h. Nous aussi.
Des photos de nasses dorées c'est ici


Allez, une photo du paysage, avec le pont français.
Paysage depuis don det grand


5 février
Retour à Paksé

7h, le retour à Paksé en "songtao" le camion bus local, précédé d'une 1/2 heure de pirogue en zigzag entre les îles dorées par le soleil levant, s'avère plus simple et moins inconfortable que prévu.
Arrivée vers 11h30 au 5ème étage de cet hôtel près du fleuve où la piscine "on the roof" nous rafraîchira bien.
Le songtao, qoi tesce ? voir ici.

Le bout de la piste
Bout de piste grand


6 février
Vat Phou, vestiges, temples et festival de la pleine lune.

Ce site sacré disputé depuis le 5éme siècle par les Chams, les indouistes et les bouddhistes est un peu fou ce WE car, comme chaque année plusieurs dizaines de milliers de personnes affluent pour le festival de la pleine lune. A la fois pèlerinage annuel, fête populaire et foire commerciale. Ce matin commencent les installations et c'est dans une athmosphère bouddhiste mais qui nous rappelle bien celle des temples indous, que nous gravissons les 7 fois 11 marches des terrasses (qui elles nous rappellent les pyramides mayas) qui mènent aux différents lieux sacrés, sous l'ombre des frangipaniers en fleurs à la bonne odeur épicée.
Une vraie rando de montagne. 14h, il fait très chaud on rentre.
Voir les moinesses
Voir les éléphants
Voir des photos du site de Vat Phou

Le monstre de la source
Monstre de la source grand


 


7 février
Départ pour Kon Tum, Vietnam.

Trajet un peu long, bus rempli, bonne route de montagne, tampons des frontières sans problème.
Contrôle de température obligatoire, la Chine n'est pas très loin et le coronavirus guette.
Tiens, le douanier repère des livres dans mon sac: ouvrir le sac, censure ? mais il dédaigne les livres, regarde en détail les médicaments, montre les efferalgans, - ah tu les voudrais bien... que nenni. Il me rend tout çà non sans m'avoir fait déballer le reste, par terre...
La route traverse une région qui a été la témoin de batailles très longues et décisives de la guerre contre les USA.
16h, on  se pose dans une maison d'hôtes tenue par une association de formation et d'insertion. Très bien.
En savoir plus sur la guerre dans cette région c'est ici.
Et aussi sur cette guerre à travers "L'innocence perdue, un américain au Vietnam" de Neil Sheehan c'est ici.

 

Pour offrir à boire au bouddha rocher
Offrandes grand


8 février
Un samedi à Kontum

Ville étape, peu connue des touristes. Agréable, on se balade dans les rues anciennes et les modernes. Une ville de contraste, ici peu de monde parle anglais et nous sommes un objet de curiosité plusieurs fois. Invitation au temple chinois, on reste un moment puis on décline.
Plus loin une église catholique en bois construite par un missionaire enragé qui faisait appel à l'armée pour convertir les coolis récalcitrants. Ses murs de fenêtres lui donnent un aspect de transparence qui devrait inspirer quelques tenants de cette religion assez présente ici.
Les bords de la rivière aménagés sont ombragés et agréables. Le soir envahis par la jeunesse de la ville qui semble avoir là un lieu de rencontre et de distractions. Nous avons du mal à y trouver de quoi se restaurer à peu près comme on voudrait, ici c'est plutôt du fast food branché local pas terrible. Tous les écrits sont en vietnamien, ce qui est bien normal, mais à décoder pour nous assez difficile.
Cette ville vit dans son jus vietnamien authentique, pleine de contrastes, voire de contradictions, entre son passé difficile, ravagée, détruite par la guerre avec les USA et son avenir à proximité du géant chinois son voisin.

Voir la ville
Voir les statues du temple chinois

Voir une église catholique transparente


Architecture de bambous
Bambous a kon tum grand
 


9 février
Vers la mer de Chine.

Minibus 1 Kon Tum-Qui Nhom çà va, minibus 2 pour Dai Lhan, le chauffeur est fou et remplissage à la mode bétaillère, en plus nous payons très cher , bon nous voilà contents d'être arrivés sains et saufs, déposés à la vietnamienne au bord de l'autoroute avec rogne et bagages, l'hôtel est en face, bien visible: descendre le talus, passer le trou dans le grillage, trouver le tunnel sous la chaussée, remonter et traverser la voie de chemin de fer, puis la route nationale, encore descendre et remonter, 50 m de saut d'obstacles et on arrive.
Le lieu est bien, belle côte, belles plages, baie un peu sauvage pas trop bétonnée, le bungalow est sur le sable, pas de monde. Restaurant pas terrible.
GRRRR, il ne fait pas beau... et la perturbation semble posée pour quelques jours...


Architecture de bambous 2
Bambous a champasac grand


A SUIVRE ----->